Station d'épuration

03/09/2019
Station d'épuration

Un programme de travaux conséquent a été engagé pour l’Extension et la Réhabilitation de la station d’épuration communale.

Retour sur les raisons qui ont amené la commune à réaliser ses travaux.


Constats depuis une dizaine d’années environ :
La station d’épuration du bourg fonctionne à environ 125% de sa capacité nominale hydraulique et 100% de sa capacité nominale organique => ou-vrage à saturation, malgré de bons rendements et une exploitation rigoureuse.
Sa capacité de stockage des boues est sous-dimensionnée malgré la construction en 2008 d’un silo de 240 m3.
La présence d’eaux claires parasites est importante dans les réseaux d’assainissement, environ 40% du volume global d’eaux usées collectées, qui génèrent des pertes de pollution au milieu naturel lors des épisodes pluvieux.
Par ailleurs, le dysfonctionnement des 3 postes de relevage principaux (Ancien village de vacances – Combevignouse , Pont de l’Allier et zone artisa-nale).


Historique du projet :
2006 : DIAGNOSTIC ET ZONAGE ASSAINISSEMENT (Saunier & Associés)
2008 : CONSTRUCTION DU SILO A BOUES 240 m3
2016 : MISE A JOUR DU SCHEMA GENERAL D’ASSAINISSEMENT (SOCAMA)
2017 : LANCEMENT DE LA MAÎTRISE D’OEUVRE POUR LA RESTRUCTURATION DE LA STATION D’EPURATION DU BOURG (AB2R / VDI)
2017/2018 : TRAVAUX DE REMPLACEMENT DES 3 POSTES DE RELEVAGE ET LEURS CONDUITES DE REFOULEMENT
2019 : DEBUT DES TRAVAUX DE LA NOUVELLE STATION D’EPURATION

Les scénarios envisagés pour l’amélioration de la station de traitement :
1-Extension de la station actuelle pour adapter les capacités de traitement aux charges actuelles et futures
2-Déconnexion du sous-bassin versant de la ZA et transfert vers STEP Brioude, réhabili-tation modérée de la station de Vieille-Brioude
3-Modernisation STEP actuelle et création seconde STEP sur site adapté
Après un comparatif sur une pluralité de critères (coût d’investissement, coût d’ex-ploitation, consommation foncière etc…), le premier scenario est ressorti comme étant le plus adapté.

Enjeux de conception pris en compte :
Foncier : construction en partie sur les emprises de la STEP existante mais extension requise vers le Nord, d’où acquisition foncière réalisée
Zone inondable de l’Allier : nécessité d’organiser les plateformes de terrassements (équilibre déblais / remblais) et de rehausser les ouvra-ges
Tous les ouvrages sont protégés pour la crue trentennale et les équipements électriques sont protégés pour la crue centennale Nécessité de lester les ouvrages
Urbanisme : enjeux patrimoniaux et architecturaux nécessitant des me-sures d’intégration paysagère – Permis de construire soumis à l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France
Réglementation Loi sur l’Eau : projet soumis à procédure
Enjeux techniques divers : topographie, accessibilité, géotechnique…
Enjeux de conception pris en compte
Nature des effluents collectés : présence d’entreprises agro-alimentaires rejetant des eaux chargées en graisses et en chlorures (sel). Nécessité de prévoir un ouvrage dégraisseur performant, des bé-tons classe XA3 (attaque chimique forte), des conduites & équipe-ments en inox 316L.
Projet en lieu et place de l’existant: nécessité de maintenir la continui-té de traitement des eaux usées pendant toute la phase de construction de la nouvelle STEP.


Filière de traitement retenue & base de dimensionnement :
Traitement de l’eau : filière boue activée en aération prolongée avec traitement poussé de l’azote et du phosphore.
Déversoir d’orage en tête / Prétraitements (dégrillage, dessablage, dégraissa-ge) / Bassin d’orage (300 m3) / Bassin d’aération (530 m3) / Clarificateur Ø15 m / Equipements divers / local d’exploitation
Traitement des boues : lits de séchage plantés de roseaux – 8 casiers de surface unitaire 150 m2
Capacité nominale : 1 965 Equivalent-Habitants – 309 m3/j par temps sec et jusqu’à 566 m3/j par temps de pluie

Coût prévisionnel de l’opération : 1 624 572€